Marché de Bluets à Roberval (Image: livre « le Québec d’antan », 2010)

Au début du siècle passé, Roberval est au cœur du pays des bleuets. Ce petit fruit sucré, cousin de la myrtille, a proliféré dans les brûlis de la partie sud du Lac Saint-Jean après le terrible incendie de forêt de 1870. Et, les familles ont pris l’habitude de cueillir cette manne bleue pour leur consommation personnelle. L’arrivée du chemin de fer en 1893 dans la région permet par la suite d’expédier à l’extérieur une partie de la récolte de cette petite baie sauvage. Des wagons complets sont chargés à la gare de Roberval. Le rôle important de cette ressource naturelle vaut aux gens du Lac Saint-Jean d’être surnommés « les Bleuets ». Le meilleur exemple revient à Mario Tremblay, un célèbre joueur de hockey québécois (1972-1986) d’Alma, devenu entraîneur (1995-1997) du Canadien de Montréal et surnommé le bleuet bionique par le journaliste Pierre Bourdon du journal Le Quotidien (du Saguenay) pour qualifier ses talents offensifs.

Bleuets sauvages (image: le quotidien.com)

Saviez-vous que ? Si vous remarquez sur la photo du haut,  vous y lirez le terme « Bluets » et non « bleuets ». En fait, le mot « bluet » se veut le nom vernaculaire servant à identifier les plantes à fleurs bleues de la famille des Asteracées. Presque disparu de notre vocabulaire d’aujourd’hui, ce fût cependant durant plus de 100 ans le mot usuel donné par les habitants de Lac-Saint-Jean pour identifier le bleuet.