Sur la photo de haut à droite (de gauche à droite: Roberte, Hélène et Céline Perry) Photos: Harry Rowed

Alors que le nouveau président américain, Donald Trump, déconstruit tranquillement les réalisations de l’ancienne administration démocrate, il pourrait épargner un symbole réintroduit par l’ex-première dame, Michelle Obama: le potager de la Maison-Blanche. Produisant environ 1000kg de nourriture, il se voulait un outil pour conscientiser les gens à une saine alimentation. C’est dans cette même optique de conscientisation qu’il a été créé au départ par Eleanor Roosevelt en 1943 dans sa vision du  «jardin de la victoire» (en anglais « Victory gardens ») comme le montre cette photographie ici-bas.

Eleanor Roosevelt et son potager de la victoire (Image: carlanthonyonline.com)

Aussi appelé « potager pour la défense » ou « jardin de guerre », on les retrouvaient autour des résidences privées ou dans des parcs publics pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. Au Québec, on retrouve peu d’infos sur ces potagers peut-être mis-part cette image (en haut à gauche) prise le 24 août 1942 à Québec où les sœurs Perry aident à l’entretien du potager sur la propriété de l’usine de la Dominion Arsenals Ltd.. Destinés surtout à atténuer la pression de la guerre sur l’approvisionnement alimentaire public, on leur attribuait aussi la vertu de stimuler le patriotisme chez les civils; ceux-ci se sentant utile de contribuer à l’effort de guerre par les produits récoltés. Pour en savoir plus sur l’histoire du premier potager de la victoire, consulter le livre « American Grown: The Story of the White House Kitchen Garden and Gardens Across America » (version anglaise seulement) en vente ou en location dans certaines bibliothèques.

Advertisements