Rhizomes d'heliantis (photo: bioalaune.com)

Rhizomes de salsifis d’Amérique (photo: bioalaune.com)

Cousin du topinambour, vous reconnaîtrez l’hélianthe (Helianthus scrofuleux) aussi appelé hélianthi, héliantis ou « salsifis d’Amérique » par sa belle floraison du début septembre ressemblant à un petit tournesol. Et son nom n’est pas sans raison car les mots grecs « helios » signifient « soleil » et anthos « fleur ». De sa haute tige de plus de 1.6 mètre à maturité (200 jours après sa plantation), cette variété indigène au Québec, de la famille des asteraceaes, s’est retrouvée couramment dans l’alimentation automnale des amérindiens.

Heliantis (photo: gerbeaud.com)

Salsifis d’Amérique en fleurs (photo: gerbeaud.com)

De fait, malgré son goût subtil et sa texture fine qu’on compare à celui du topinambour ou de l’artichaut, il occasionne malheureusement des gaz intestinaux dû à sa forte concentration en inuline; un inconfort pouvant s’éviter si vous changez l’eau à la mi-cuisson. Récoltés vers la fin octobre et ce, jusqu’aux premières neiges, le rhizome, de forme allongé, s’épluche très bien une fois cuit.

Il est toutefois important de noter qu’il se conserve assez mal à l’air libre. C’est la principale raison de son absence sur les étals des marchés. Consommez-le rapidement (à l’intérieur de 2 jours) en gratin, purée ou en sauté. Évidemment, vous pouvez également les semer en automne ou au printemps comme plante d’ornement très décorative. Si c’est le cas, plantez-la dans un milieu exposé au soleil dans un sol profond et frais à une profondeur de 15 cm distancée de 70 cm.

En effet, son caractère prolifique exige certaines précautions. Installez-la dans un endroit définitif entourée  d’un coupe-bordure assez profond pour restreindre son expansion. Très peu exigeant à entretenir, apportez-y du compost lors de la mise en terre et butter lorsque la plante atteindra environ 20 cm. L’oidium a tendance à apparaître vers la fin de la saison mais elle n’aura aucune incidence sur la production. Si vous n’avez pas comme nous une panoplie de chats pour chasser les rongeurs, ces derniers peuvent causer des tords irréparables. Par exemples les rats et mulots les déterrent durant la saison froide pour de nourrir. Les lièvres quant à eux se régaleront des jeunes pousses à répétition entraînant automatiquement l’épuisement de sa réserve d’énergie et, sa mort.

Néanmoins, une fois installé, vous en aurez pour très longtemps et vous n’aurez plus jamais besoin d’en replanter. Une culture pour les jardiniers paresseux.

Advertisements