Petit oignon-patate à planter versus oignon-patate mature

Petit oignon-patate à planter versus oignon-patate mature

Supposément apporté d’Europe par les premiers colons de la Nouvelle-France, l’oignon patate (nom latin: a. cepa var. perutile) est une très vieille variété dont on a perdu la trace dans l’histoire.

Toutefois, on peut retrouver quelques infos sur celui-ci à travers d’anciennes littératures notamment via le livre « les annales de la Société royale d’agriculture et de botanique de Gand (tome 4) » de 1848, dans lequel on prouve déjà son existence en 1776 au château d’Arundel, un édifice anglais du 11e siècle.

Qui plus est, on donne la recette suivante pour le cultiver.

…il faut bien ameublir le sol et le partager en planche de quatre pieds de largeur. On divise chaque planche en trois lignes équidistantes et on y place les oignons chacun à dix pouces du suivant, en ayant soin de conserver la disposition en quinconce entre les lignes respectives. On couvre les oignons soit de terreau de feuilles, d’engrais d’étable ou mieux d’un vieux compost préparé longtemps d’avance, de manière que la couronne seule de l’oignon ait jour. Quand la plante est levée, on attend un jour sec et on butte comme si c’était des pommes de terre. Après cela, on se borne à sarcler.

Oignons patateLa particularité de cette variété provient du fait qu’elle se multiplie de manière végétative par la base et ne produit aucune semence. Youppi! On peut donc sans craindre cultiver un autre oignon à côté sans risquer une pollinisation croisée.

Ainsi, vous la planterez au printemps (après le gel au sol passé) et de nombreux autres petits bulbes se multiplieront autour du plant-mère. Ce dernier se récoltera pour consommation humaine tandis que les autres pourront le confire dans du vinaigre ou être conservés pour plantation l’année suivante.

Au Québec, on parle de lui, entre autre, dans le Journal d’agriculture illustré de 1879 (volume 2 à 4). On dit de lui qu’il se conserve encore mieux que la pomme de terre et il est très apprécié par sa précocité. L’ouvrage explique son nom par le fait « qu’il se coupe comme la pomme de terre pour la multiplication ».

Oignon patate (Journal d'agriculture 1879- volume 2 à 4)

Oignon patate (Journal d’agriculture 1879- volume 2 à 4)

Toutefois, sa production aurait été abandonné par les agriculteurs modernes par l’absence de constance de la grosseur du légume à maturité. Et oui, une autre victime de l’uniformité alimentaire.

Néanmoins, son goût se veut moins prononcé et il parvient à maturité plus rapidement en comparaison aux autres variétés; une qualité importante chez nos aïeux en considérant les temps restreints de culture en région nordique.

Oignon-patate

Oignon-patate

Finalement, pour la conservation, les livres anciens suggèrent de les laisser sécher en grappes suspendus à l’air sec ou sur une natte de paille pour éviter le contact avec le sol. Un seul oignon devrait se multiplier par environ une grappe de 10 (petits et grands confondus).

Advertisements