Soprano, une de nos chattes extérieures.

Soprano, une de nos chattes extérieures.

Et bien oui, dans notre cas, la saison de jardinage s’achèvera bientôt et on peut faire une certaine recension de nos bons et mauvais coups. Parmi ces derniers, mentionnons une anecdote tout à fait imprévue.

En effet, depuis le moment où nous avons mis le pied chez-nous, plusieurs chats errants ont élu domicile dans notre écurie. J’aime à penser qu’ils nous protègent contre la vermine (tant pour les bâtiments qu’au potager) et en plus, je me dis qu’ils ont été mis sur notre chemin pour une raison. Laquelle? Peut-être ne le saurais-je jamais. Leur nombre a toujours varié et la sélection naturelle a souvent fait son œuvre. Quelques-uns ont été frappé par des automobiles. D’autres ont succombé à la maladie ou morts à la naissance. Certains ont été mangé par des coyotes, tués par des chiens en quête d’une distraction ou succombé à des blessures infligées dans d’autres circonstances mystérieuses. Leur espérance de vie est assez limitée.

Nos quelques chats sur le balcon

Nos quelques chats sur le balcon

Bref, on essaie de ne pas trop s’attacher mais parfois c’est difficile car ils ont chacun leurs traits de personnalité; qu’on déteste ou qu’on adore. Chacun possède un nom. On les nourrit, leur fournit un abris et je crois qu’ils l’apprécient à voir leur nombre sur le seuil de la porte à chaque matin. Parmi ceux-ci, il y a une chatte qu’on a surnommé Soprano à cause de son miaulement hyper aigu. Arrivée de nul part un beau matin de printemps l’an passé, elle n’hésite pas à distribuer coups de griffes et montrer son autorité aux autres chats ayant le malheur de trop s’approcher. Il est sidérant de constater sa douceur exceptionnelle avec nous et nos enfants versus un caractère abominable envers ses semblables.

Ainsi donc, vers la fin d’août, comme à notre habitude, nous installons une partie de notre ail à sécher au deuxième étage de notre écurie. L’aération et la chaleur le sèche rapidement. Nous les regroupons par paquet en les identifiant pour être sûr de ne pas nous tromper de variété lorsque nous les enverrons par la poste.

Toutefois, cette année nous avons eu la surprise de voir cet ail mélangé à cause de qui…. SOPRANO!

Et bien oui! Pour se désennuyer, les gousses et leur tige ont servi de balle et une partie de notre récolte s’est retrouvée éparpillée un peu partout aux quatre coins du 2e étage de l’écurie. Pour ceux et celles nous ayant fait des commandes soyez rassurés car aucune commande n’a été prise dans ce lot mais nous avons dû nous résigner à mettre de côté environ 25% de notre récolte annuelle. Impossible de le replanter et encore moins de le vendre comme semences. Restera donc à le déguster. Peut-être saurons-nous davantage protégés contre les maladies cette année.  Va falloir trouver un truc pour empêcher cette Navratilova féline de récidiver.

Advertisements