Em ce mois de l’Halloween, la citrouille est la reine des façades de nos maisons. Elles s’éclaireront bientôt pour la plus grande joie des petits monstres, sorcières, super héros et compagnie.

Par contre, au plan botanique, elle est peu gourmande et on l’utilise habituellement à la fin d’un plan de rotation des variétés.

Nos ancêtres le savait très bien puisque, par exemple, les producteurs de pommes de l’époque, bien avant l’arrivée de la mode de l’auto-cueillette, rentabilisaient encore davantage leurs vergers en la cultivant entre les arbres. Et quelles variétés cultivaient-on anciennement.  À titre d’exemple,  si on se réfère au catalogue de 1928 de Dupuy & Ferguson, nous pouvions espérer planter des citrouilles (aussi appelés potirons) aux noms évocateurs tels: Grosse de touraine, Mammouth du Chili, Grand fromage, Jaune des champs, Rouge vif d’Etampes, Petite sucrée ou encore, Calhound. Certaines sont encore cultivées de nos jours et d’autres ont malheureusement sombré dans l’oubli.

Advertisements