Seriez-vous surpris d’apprendre qu’avec la création du blé « Marquis« , un croisement entre le blé « Red Fife »(voir article du 02 avril 2012) et le « Hard Red Calcutta » de l’Inde, naissait du même coup la biotechnologie au Canada?

En effet, il fût sélectionné en 1892 par Sir Charles Edouard Saunders (1867-1937) à la Ferme expérimentale centrale d’Ottawa et testé à la Ferme expérimentale d’Indian Head en Saskatchewan pour la première fois en 1907. Cette découverte fît exploser la productivité de cette céréale au pays et fît du même coup une différence cruciale durant la première guerre mondiale. Décrit à l’époque comme:

…un des plus grands exploits du monde dans l’amélioration génétique des cultures sur le plan économique.

… sa culture dépassa les 200 millions de boisseaux en 1911, une première historique au Canada.

Charles Saunders (source: www4.agr.gc.ca)

Avant cette prodigieuse percée, les agriculteurs canadiens ne pouvaient cultiver  suffisamment de blé pour nourrir la population nationale parce qu’ils ne parvenaient pas à maturité suffisamment tôt avant l’hiver. L’exportation à l’étranger s’avérait hors de question.

Son arrivée transforma donc le Canada en l’un des plus grands producteurs de blé au monde. La hausse de cette production coïncida comme une véritable bénédiction pour nos alliés français en 1915 puisque les sources d’approvisionnements en blé en provenance d’Australie et d’Argentine étaient stoppées par les sous-marins allemands. L’exportation de 90% du blé envoyé en France par le Canada s’avérait du « Marquis », un cultivar de printemps, à maturité précoce, possédantt une haute valeur boulangère et meunière.

Timbre-poste blé Marquis en 1909 (source: Société canadienne des postes)

En 1928, 90% de toutes les surfaces cultivables dans les Prairies canadiennes (20 millions d’acres) avaient été remplacées par cette variété. C’est dire l’énorme potentiel qu’il possédait durant cette période. Ce n’est pas pour rien s’il domina le monde pendant les décennies suivantes.

Toutefois, bien qu’il y ait encore des spécimens disponibles pour les chercheurs à des fins d’études, le blé Marquis a été remplacé par des variétés encore plus précoces et résistantes aux souches plus récentes de la rouille. Encore aujourd’hui et ce, depuis les 100 dernières années, il est très rare de ne pas retrouver une variété de blé ayant des croisements génétiques avec le « Marquis »; une souche exceptionnelle.

Pour en savoir plus, consultez, la découverte du blé Marquis.

Advertisements