Nous l’avons déjà écrit à de nombreuses reprises mais les communautés religieuses ont beaucoup contribué à l’avancement de l’agriculture au Québec et ce, de toutes sortes de manières (communautaires, scientifiques, éducationnelles, économiques…). Plusieurs possédaient leurs propres potagers et parfois, des vergers pour leurs usages personnels. Il arrivait souvent qu’elles distribuent leurs surplus aux démunis. C’était en quelque sorte l’ancêtre des banques alimentaires d’aujourd’hui. Malheureusement faute de relève, cet apport et ce savoir se perdent. Il y a un consensus dans la population québécoise de l’urgence de consigner ce passage pour les générations futures. Les nouveaux moyens de télécommunication électroniques deviennent incontournables.

De fait, nous avons déniché un vidéo très instructif (cliquez sur l’image) de 3:54 minutes concernant la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire surnommée les « Soeurs des petites écoles » en raison de leur présence comme institutrices dans les établissements scolaires.

Ainsi, Soeur Thérèse Picard explique l’importance qu’à pris leur ferme dans la région de Rimouski. Elle y relate leur début le 10 avril 1897, l’expansion de leurs activités agricoles (serres, apiculture, bergerie, terres cultivables, etc.) mais aussi leur décroissance jusqu’à la vente de leur propriété le 11 février 1991.  Vous pourrez visionner ce témoignage et de nombreux autres grâce au site du patrimoine immatériel religieux du Québec à l’intérieur duquel vous pourrez consulter une foule d’archives vidéos et audios sur, entre autre, les us et coutumes agricoles d’autres communautés en déclin. Une mine d’or d’information. Ci-dessous, quelques images présentées dans cette vidéo.

Document vidéo sur la ferme de la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire - 1897-1991 - (source: http://www.ipir.ulaval.ca)

Advertisements