Nous félicitons notre gagnante, Madame Marie-Hélène Soucy, pour sa participation à notre concours de la relâche. Elle s’est méritée un sachet de semences de nos roses trémières ancestrales (voir image ci-contre). Merci aussi à tous les participants. À chaque concours, vous êtes de plus en plus nombreux et ça nous encourage à réitérer l’expérience.

En ce qui avait trait à notre question-concours:
Il existe une ancienne expression concernant la germination lente du persil à savoir qu’il va visiter le diable X fois avant de germer. Combien de fois croyez-vous?

Voici une petite histoire pour vous mettre en contexte de la réponse.

Le persil est connu depuis l’antiquité.
Toutefois, au fil du temps on a commencé à l’associer aux forces du mal. Ces croyances populaires semblent remonter  jusqu’à l’Europe médiévale où les anciens écrits font état qu’on devait le semer uniquement le vendredi saint puisque le restant de l’année, la plante appartenait au diable. L’oeuvre majeure de Jacques Auguste Simon Collin de Plancy (1793-1887), écrivain français et auteur du Dictionnaire infernal fait référence à un être démoniaque nommé VERDELET, un démon de second ordre, maître des cérémonies à la cour infernal. Il est attitré au transport des sorcières lors du  sabbat. Il se fait aussi appeller Saute-Buisson, Joli-Bois, Vert-Joli, Maître Persil et autres désignations agréables de manière à inciter les femmes à tomber dans ses filets. Est-ce un hasard si on disait du persil qu’il devait « rendre 7 fois visite au diable avant de lever”?

tableau de Spranger intitulé: le Sabbat (source: Dictionnaire infernal 1863)

 
Advertisements