Pomme fameuse (source: http://www.ruralys.org)

Louis-Hébert, premier colon de la Nouvelle-France, aurait planté en 1617 les premières variétés de pommiers, issues sans doute, d’Europe.  Pami ceux-ci y aurait figuré la « Fameuse ».

C’est donc un cultivar très ancien. Les sulpiciens la plantera aussi dans leur premier verger québécois sur les flancs du Mont Royal.

Et selon ses autres appellations « fameuse du Canada », « snow white » ou « pomme de neige » en raison de sa chair ultra blanche, elle acquierera avec sa nouvelle patrie une saveur qui fera sa renommée pour les trois siècles ultérieurs.

Par exemple, dans son livre Les fruits du Québec, histoire et tradition des douceurs de la table, Paul-Louis Martin mentionne:

Dès 1818, selon Robert Shepherd (SPQ 1898: 101), des pomiculteurs montréalais présentent ce fruit magnifique dans les expositions horticoles en Angleterre, où il obtient un franc succès.

En effet, elle est tellement appréciée par les anglais qu’elle sera expédiée dans des tonneaux par bateau jusqu’au début du 20e siècle.

Et bien qu’on tentera d’exporter des plants, les conditions climatiques de la mère -patrie ne pourront rivaliser avec les étés courts et les automnes froids du Québec, grâce auxquelles elle atteint une saveur et une couleurs inégalées. Y’a pas à dire…. le terroir peut vraiment créer un « trade mark ».   

Malheureusement, très sensible à la tavelure et même si l’arbre à la particularité de fleurir tôt et de bien résister au gel, les variétés plus résistantes et mieux adaptées la déclassera rapidement notamment par la McIntosh.

On commence à renouer avec cette variété oubliée car plusieurs producteurs de pommes l’intègrent maintenant dans leurs vergers notamment le Verger de la vieille grande à Rougemont.

Advertisements