Tomate des cannibales (image: http://mrbjardinage.voila.net)

Comme je rafole des histoires inédites sur les fruits et légumes, j’avais le goût aujourd’hui de vous raconter celle sur la morelle des cannibales de son nom latin: Solanum anthropophagorum Seemen

Aussi connue sous le vocable « tomate des anthropophages », le mot Seemen fait référence au docteur Seemen qui, en mai 1862, accompagna une note intéressante à sa correspondance des Îles Fidji destinée aux deux chambres du parlement d’Angleterre.

À l’intérieur de celle-ci, Seemen soulignait qu’après ses rencontres avec la population locale, celle-ci racontait qu’une plante connue sous le nom de borodina était mangée avec les ennemis morts au combat. Les Îles Fidji, aurait effectivement eu des coutumes en matières de dégustation de chair humaine.

Toutefois, selon les écrits de Seemen, cette dernière était tellement difficile à digérer que même un homme adulte en pleine santé pouvait être sujet à au moins 3 jours de crampes. Pour l’aider dans sa digestion, la borodina avec d’autres ingrédients (des feuilles de Malawari et du Tudana) accompagnaient ainsi ce repas particulier avec comme conséquence l’atténuation de ces désagréments.  

Fait intéressant, le repas des cannibales (Bokola) était mangé avec des fourchettes contrairement aux Fidjiens qui utilisaient habituellement leurs doigts. La raison:

Une croyance généralement répandue que les doigts qui ont touché le bokola, peuvent engendrer des maladies cutanées quand ils sont en contact avec la peau délicate des enfants.

Cette plante arbustive au feuillage luisant sous un climat chaud peut mesurer jusqu’à six pieds mais, en régions nordiques, elle ne dépassera pas plus d’un mètre.

D’ailleurs, selon plusieurs observations, les fruits rouges de la grosseur d’un petit oeuf seraient beaucoup plus décoratifs qu’intéressants en cuisine; leur goût étant plutôt fade. Une réelle curiosité! 

Disponible chez: solana seeds.

Advertisements