Gourgane du Lac Saint-Jean

Petite gourgane du Lac Saint-Jean

Ça fait très longtemps que nous souhaitions vous entretenir de la gourgane.

En effet, passer sous silence cette légumineuse si présente dans notre histoire culinaire aurait été un affront à nos prédécesseurs ayant habité au Saguenay Lac St-Jean et dans Charlevoix, deux régions où le climat se prêtent bien à sa culture.

Aussi appelée « fêve des marais » « grosse fève » ou « fèverole », elle a été apporté par les premiers colons au début de la colonie en Nouvelle-France.

Dès lors, elle fait partie intégrante de l’alimentation quotidienne.

D’ailleurs, Samuel de Champlain en retrouvera dans le jardin potager de Louis Hébert en 1618. Le botaniste et ethnologue de réputation internationale Jacques Rousseau (1905-1970), appuie cette affirmation en citant :

… en attendant la récolte de blé, le colon se contentera de galettes de sarazin; premier apport de France, avec la gourgane, la grosse fêve.

Gourgane du Lac Saint-Jean

Gourgane du Lac Saint-Jean

Elle est consommée surtout en soupe et apporte beaucoup d’énergie tout en se conservant très bien séchée pendant l’hiver.

Par contre, avec l’arrivée de la pomme de terre à partir de 1760, la culture et la consommation de ce légume décroît partout au Québec, sauf dans les régions mentionnées plus haut. La variété « Petite du Lac » en est probablement une descendante de cette époque.

De fait, l’ancien agronome et professeur d’horticulture à l’Institut de technologie agricole de La Pocatière, Alphonse Gauthier a envoyé des semences de la « petite gourgane » en Angleterre (endroit inconnu) pour analyse d’où on lui a répondu que ce cultivar se serait adapté à la région du Saguenay pour développer ses caractéristiques spécifiques propres comparativement à son autre sœur, la Windsor, beaucoup plus grosse.

Gérard Savard (producteur) et Alphonse Gauthier (journaliste 1968 (source: Radio-Canada)

Gérard Savard (producteur) et Alphonse Gauthier (agronome) 1968 (source: Radio-Canada)

Est attaqué par le puceron et la cantharide. Utiliser une insecticide naturel à base de tabac. Pour les nostalgiques, nous vous suggérons justement l’ancien reportage diffusé lors de l’émission « les quatre saisons » à Radio-Canada le 28 septembre 1968 avec le producteur de gourganes de Port-Alfred, Monsieur Gérard Savard en compagnie d’Alphonse Gauthier.

Advertisements