Reportez-vous en Inde en 1984. Deux événements mortels à Pendjab et à Bhopal font des milliers de victimes et davantage de blessés. Devant tant d’atrocités mais surtout dans une perspective globale de ramener l’agriculture non-violente, protéger la terre, sa biodiversité ainsi que ses petits producteurs et du même coup réduire la dépendances aux grandes compagnies de semences, la Dr. Vandana Shiva créa Navdanya cette même année.

Dr. Vandana Shiva (image: /www.ordfront.se)

En fait, cet ONG indien offre aux paysans de l’Inde une alternative aux semences dites « modernes » et aux OGM. Doté d’une banque de semences « traditionnelle », ils proposent mais forment aussi les petits agriculteurs à l’utilisation de variétés héritage (minimum 50 ans d’ancienneté) ne requérant aucun produit chimique ou pesticide. 

Mais qui dit banque, dit aussi « taux d’intérêt ». 25%; c’est le taux que le fermier devra rembourser la première année. Bien que ça semble faramineux, on ne parle pas ici d’argent mais de quantités empruntées. 

Par exemple, pour un emprunt de 1 kilo de semences de riz, 1, 25 kilo de nouvelles semences de riz sera remboursé. Pas mal non! L’agriculteur à donc rapidement la possibilité d’utiliser les surplus pour avoir un revenu décent et même en avoir suffisamment pour ses semailles l’année suivante. La banque quant à elle fait ses profits grâce à l’exploitation de sa ferme expérimentale. Plusieurs milliers de variétés y sont entreposées.

Certaines d’entre elles d’ailleurs peuvent nous être accessibles via La Société des Plantes et les Jardins de l’écoumène pour ne nommer que ceux-là. Informez-vous auprès de ces entreprises pour connaître quelles sont les espèces offertes et ainsi encourager cette initiative qui regroupe, 27 ans plus tars, des milliers d’adhérents.

Pour en savoir davantage, écoutez la chronique radiophonique de Marion Tissot à l’émission « L’après-midi porte conseil » de Radio-Canada ou visionnez la capsule vidéo ici-bas.

Advertisements