Pomme Bourassa (image: Elliott's Fruit Book)

Pendant presque 150 ans (entre 1740  et  1885) nombre de témoignages font référence à la pomme Bourassa, fruit du patrimoine du Québec.

C’est le cas de la mention de P. Potier (1743) citant qu’elle est assez bien connue pour donner son nom aux variétés de pommes de types grises. Elle est aussi qualifiée comme « l’une des meilleures pommes du pays », par la baronne von Riedesel (1784).

Même dans la littérature américaine, on en retrouve des traces notamment:

Ce n’est sûrement pas étranger au fait qu’elle fût présente aussi aux États-Unis et décrite comme « very best in Lower Canada, and in Maine and Vermont » par Thomas Gregg dans son livre A Hand-book of fruit culture, being a guide to the Cultivation and Management of fruit Trees en 1873 (p.49) et 1877 (p. 64).

Puis après 1885…. plus rien. Qu’est-ce qui s’est passé?
C’est d’autant plus intringuant qu’elle était estimée et très présente dans la province.

Dans son ouvrage « les fruits du Québec », inspiré des écrits de Léon Provencher (1874 et 1885), Paul-Louis Martin la décrit comme:

… une grosse pomme de forme conique, à la peau rouge grisâtre et à la chair riche en arômes, d’une saveur relevée, quoique un peu sèche.

Disparue depuis plus d’un siècle, Paul-Louis Martin se demande si un jour, elle sera redécouverte. Une recherche, plus spécifique, du côté des vieux vergers de Saint-Paul-d’Abbotsford pourraient en guider certains car elle fût très présente dans ce village nommé du nom  du révérend anglican Joseph Abbott (1790-1862).  

En effet, celui-ci contribua au développement de la pomiculture dans cette région en important non seulement cette variété mais aussi la pomme Fameuse et la grise.

Vous savez où trouver cette variété du patrimoine du Québec? Faites-le nous savoir.

Advertisements