À droite: Joseph.O. Vandal (image: La semaine verte / Radio-Canada)

Bien que le frère Armand Savignac (voir article du 26 janvier 2011) soit l’un des premiers à avoir fait des croisements pour  l’acclimatation de la vigne au Québec, ce sera Joseph-O. Vandal qui permettra de sélectionner la première vigne 100% québécoise adaptée à nos saisons froides.

Diplômé de l’Institut d’Oka en agronomie en 1935, il poursuivra ses études à l’Université McGill (collège McDonald) puis aux États-Unis, plus spécifiquement dans l’État de New-York à l’Université Cornell.

C’est à partir de 1939 qu’il est embauché à l’Université Laval où il sera, entre 1940 et 1969,  professeur de génétique. D’abord au boulevard de l’Entente en 1940, puis à partir de 1962 à la Faculté des sciences de l’Université Laval à Sainte-Foy.

Ainsi, il développera toutes sortes de plantes, d’arbustes fruitiers et de cultivars de fruits plus robustes sous notre climat. Travailleur acharné, il souhaite fournir des plants à l’Université Laval et pour ce faire, il construit sa propre pépinière au nord du campus, près du chemin Ste-Foy. Par exemple, son inventaire de 1949 et 1950 montra qu’ il aurait planté plus de 11 000 jeunes plants appartenant à environ 130 espèces. Mais cette pépinière servira aussi à satisfaire ses goûts de collectionneur et son esprit de recherche dont une partie contribuera à l’avancement viticole.   

En effet, en 1947, il débute la sélection de cépages adaptés à la viticulture québécoise.

Jusqu’en 1962, parmi les 12 000 semis de vignes produits, il transplantera les meilleurs spécimens à la ferme Deschambault, aujourd’hui le Centre de recherche en sciences animales de Deschambault.

Durant toute sa carrière, il étudiera près de 300 variétés de vignes en provenance de France, des États-Unis et du Canada. À sa retraite, en 1969, une partie des plants transportables prirent le chemin de ses propriétés à Lotbinière. Poursuivant son hobby avec autant de ferveur, ses recherches aboutiront dans les années 1970 à 4 cépages de sa collection suffisamment rustiques et précoces pour être cultivés au Québec: Minesota 78, Léon Millot, Maréchal Foch et Eona.

Entre-temps, il fondera, le 2 novembre 1979, l’association des viticulteurs du Québec avec quelques collaborateurs.   

Selon le producteur de vin, Jean Larsen, Monsieur Vandal trouvera la véritable utilité de ses recherches lorsqu’il visita au milieu des années 80 les installations du vignoble Ste-Pétronille à l’Île d’Orléans.
 
Toutefois, c’est avec l’aide de Mario Cliche, enseignant à l’Institut de technologie Agroalimentaire de Saint-Hyacinthe  lui-même spécialisé dans les croisements de la vigne qu’il développera enfin le premier véritable hybride rustique de vigne en 1985, le Vandal-Cliche. Soit plus de 40 ans après le début de ses travaux de recherche… le travail d’une vie, quoi! 
 
Monsieur Joseph-O.Vandal décéda en 1994 à Sainte-Foy.
Advertisements