Connaissez-vous la télé-réalité « Qui perd gagne« , une traduction française de la chaîne américaine NBC « The biggest loser« ? Le concept s’articule autour de personnes obèses désireuses de perdre du poids pour améliorer leur bilan de santé et remporter un grand prix de 250 000$.

À la fin, celle ou celui ayant perdu le plus de kilos par rapport à son poids original gagne la série.  C’est résumé mais à peu près ça. Pour quelle raison j’évoque cette émission?

Et bien, en zappant, je suis tombé par hasard sur une partie de l’émission et j’ai été estomaqué par l’un des concurrents n’ayant jamais mis les pieds dans une épicerie, cuisiné de sa vie et tenu dans ses mains d’adulte un aliment autre que préparé. Je suis tombé des nus. Je devais être sur une autre planète avant aujourd’hui. Il y a aussi le fait qu’il est américain mais le concept est tout de même repris dans plus de 20 pays dans le monde.

Pourtant, je ne devrais pas être étonné car autour de moi, sans être aussi extrémiste, il y a des rapprochements. L’une de mes collègues de travail ne cuisine jamais. Mon neveu, parti en condo récemment, n’a jamais fait une recette de sa vie. Son frère m’expliquait justement qu’il avait fait cuire des spaghettis, égoutées et vidé la sauce …. encore dans la passoire. OUPS!  

Je n’aurai donc pas dû être surpris. Avec notre style de vie d’aujourd’hui, réaliser qu’il y a des gens sans aucun contact avec des fruits et légumes ou aliments bruts s’avérait tout à fait logique. Le repas préparé est tout indiqué et les entreprises dans cette sphère d’activités l’ont compris car leurs chiffres d’affaires augmentent de manière significative à chaque année.

Nous sommes donc, pour plusieurs, à des années lumières de créer un potager et encore plus loin d’évoquer le concept de fruits et légumes du patrimoine.

Par contre, l’ignorance alimentaire se situe bien au-delà de la connaissance de la préparation des aliments. Elle provient aussi de l’information véhiculée.

Par exemple, avez-vous vu le message publicitaire animé de IGA où un homme prend un piment sur l’étalage et un autre le remplace automatiquement. Il refait l’expérience avec une pomme, une orange, un ananas avec la même réaction. Il en vient à croire qu’il peut enlever sa perruque dans l’espoir de voir ses cheveux repousser.

J’avoue qu’en premier lieu, j’ai souri et trouvé ça amusant. Mais en y songeant davantage, quel est le message. Selon la compagnie, la fraîcheur des fruits et légumes est le but visé. Mais franchement… Quand on sait qu’un aliment peut parcourir des milliers de kilomètres avant d’attérir dans notre assiette, il y a de grandes chances pour qu’ils aient été cueilli bien avant qu’ils soient mûrs? La fraîcheur n’a donc rien à voir car ce qu’on mange ce sont des fruits et légumes immatures ayant terminé leur maturation dans le transport. Est-ce ça le concept de fraîcheur?

D’ailleurs, dans l’animation, on voit réellement le légume pousser sur sa tige et atteindre la grosseur, la couleur et la forme idéale comme s’il venait d’être cueilli. Non mais quelle désinformation! 

Sommes-nous devenus si insconscients de la provenance de nos aliments?  Engendrons-nous une génération encore plus ignorante sous l’illusion de l’abondance alimentaire perpétuelle? Avons-nous tellement perdus ce contact avec la terre au point où on nous fait avaler n’importe quoi ?

L’augmentation du taux d’obésité dans nos sociétés en est malheureusement la preuve.

Bonne fin de semaine!

Advertisements