Francis Pedneault

C’est le grand-père, Francis Pedneault, agronome dans l’âme, qui décida en 1918 de planter les premiers arbres fruitiers à travers les champs de pommes de terre, une culture très particulière aux pratiques de l’époque.

Tout est parti:

Premiers pommiers en 1918

grâce à un octroi gouvernemental, 300 pommiers achetés à Rougemont sont plantés sur la terre ancestrale à titre expérimental. On y retrouve alors les variétés Wealthy, Greening, Baldwin, Fameuse, Duchesse, Transparente, Alexandre et McIntosh.

Pour se perfectionner, Michel Pedneault, le fondateur de l’entreprise et 8e descendant d’une lignée d’agriculteurs, apprend à Sainte-Anne-de-la-Pocatière, la greffe et la reproduction des pommiers. Il pourra, dès lors vendre ses premiers arbres fruitiers (pruniers, cerisiers et pommiers) entre autres, à Saint-Joseph-de-la-Rive, à Petite-Rivière-Saint-François ainsi qu’aux autres villages environnants.

Toutefois, 78 ans plus tard, en 1996, l’agrotourisme a été la solution pour sauver de la disparition le verger Pednault , dernier de l’Île-aux-coudres qui de part sa localisation géographique bénificie d’un micro-climat.

Michel Pedneault, fondateur

En effet, miser sur la préparation de produits cuisinés et dérivés, le tourisme, la production de cidre en plus de la vente de pommes fraîches, a permis à cette entreprise de transformer une perte annuelle de 5000$ à 10 000$ en une entreprise rentable et dynamique.

Aujourd’hui, c’est 3000 pommiers sur 14 hectares qui y sont cultivés et le verger continue de repousser les limites des terres en friche. Vous pouvez consulter un beau reportage de Radio-Canada (la semaine verte du 30 octobre 2010 – 4e segment) sur l’historique de l’entreprise et l’utilisation de variétés de pommes anciennes dans la production de leurs produits artisanaux.

Bonne fin de semaine!

Advertisements