Mon métier de tous les jours comme conseiller d’orientation m’amène régulièrement à rencontrer des gens de tous âges souvent découragés. Ils sont perdus et ne parviennent plus à voir le bout du tunnel. Le beau et le positif ont disparu de leur discours car ils sont envahis par le déséquilibre dans leur vie professionnelle; influençant du même coup leur vie personnelle. Lorsqu’une entrevue a été particulièrement émotive, je leur racontre une allégorie plus ou moins longue…ça dépend du sujet principal de la rencontre. La définition suivante m’apparaît appropriée:

Faire une allégorie, c’est décrire ou raconter quelque chose avec l’intention de signifier tout autre chose.

L’allégorie n’est pas importante en soi. C’est le message retenu et interprété par l’auditeur qui fait sa richesse.

Bien souvent, les gens sont étonnés par l’histoire car elle a un double-sens. Ce moment de réflexion transforme leurs perceptions vers une prise de conscience. Ils réalisent que leur état n’est pas définitif. Bien au contraire, ils sont dans un processus de changement. Et le changement, ça demande de l’énergie, ça insécurise, ça remet en question les habitudes, les préjugés et les idées préconçues.

Lorsque j’entends les nouvelles concernant notre planète, je réalise combien il est facile de se décourager par les messages défaitistes, alarmistes voire auto-destructeurs.  J’ai même reçu une cliente ne souhaitant jamais avoir d’enfants persuadées qu’il n’y aurait plus d’arbres lorsqu’il sera rendu grand. Il est facile de se laisser influencer et de présumer du pire en se disant qu’on n’y peut rien. On se protège en tassant sous le tapis en pensant que le problème va se régler tout seul. Mais saviez-vous que l’immobilisme est une résistance aux changements? C’est un terme qu’on entend souvent au Québec par les temps qui courent. C’est pourquoi, l’allégorie du grain de blé me semble adaptée.

Si le grain de blé disait: Ce n’est pas un grain de blé qui commence un champs… il n’y aurait pas de moisson.

Que signifie cette phrase pour vous? Si vous étiez le grain de blé, qu’aimeriez-vous qu’il vous arrive à court, moyen et long terme? Que représente la moisson dans votre vie? Quelles seront les conséquences si vous attendez de le planter? Que gagnez-vous à ne rien faire? Comprenez-vous qu’il y a un impact de vos choix mais aussi de vos non choix et ce, dans toutes les sphères de votre vie, y compris nos problématiques environnementales? 

Et en passant, ne rien faire, c’est aussi une décision. Qu’exprimez-vous alors par votre inaction?

Bonnes réflexions.
Bonne fin de semaine!

Advertisements