Prune Mont-Royal (image: http://www.ruralys.org)

À la fin du 19e siècle, Monsieur William Dunlop, propriétaire d’un verger à Outremont,  est un véritable amateur de pruniers. Il en a près de 80 variétés sur ses terres. Il tente justement des expériences pour développer de nouveaux cultivars et ses tentatives l’amène, en 1892, à la création d’un fruit de calibre moyen, assez sucré, bleu, presque noir et à chair jaune. Il attend 10 ans avant de la présenter à la Société de Pomologie du Québec (SPQ). C’est dans le rapport no. 54 sur les semis de prunes de Montréal que l’organisme lui décerne pour la premiere fois le nom officiel de prune « Mont-Royal ».

Dès lors, l’arbre est distribué un peu partout au Québec (surtout sur les terres longeant le Saint-Laurent) mais Montréal sera l’endroit où l’on en retrouvera le plus… encore de nos jours. Le fruit est excellent frais mais peut aussi être apprêté pour les conserves.

Selon Paul-Louis Martin, auteur du livre « Les fruits du Québec »:

C’est à Robert Brodie, un officier de la SPQ, que revient le mérite d’avoir promu et popularisé la nouvelle prune.

Vous pouvez obtenir des spécimens un peu partout au Québec.

Advertisements