Semences d’épinard (image: http://citicroc.com)

L’épinard aime le froid, beaucoup le froid. Aussitôt qu’il y aura une hausse des températures, il aura tendance à monter en graines. Vous devez donc freiner cet élan naturel en le plantant dès que le sol se travaille un peu. Au Québec, ça peut être dès le début avril, même à la fin mars si vous le pouvez ou encore en septembre pour une récolte d’automne.  Si vous le plantez trop tard au printemps, vous ne pourrez constater quels sont ceux qui retardent leur montée en graines. C’est ce qui nous est arrivée la première fois qu’on en a planté.

En effet, en voulant faire les « fins-fins », nous n’avions pas regardé les directives de plantation et les avions semés à la mi-mai, après le dernier gel au sol. Le plant a donné tout son énergie aux graines et le feuillage a vraiment été moche. Vous avez pas idées.  Il était hors de question d’en manger tellement ils étaient laids et chétifs.

Deuxièmement, comme la plante est dioïque, ça prend un mâle pour 2 femelles pour la production de semences sinon, pas de graines. En regardant une pousse, pas moyen de savoir lequel donnera un mâle et une femelle. Semez-en donc généreusement et ce, assez rapproché. Les instructions sont habituellement sur le sachet d’emballage car elles diffèrent d’une variété à l’autre. Assurez-vous aussi qu’il n’y ait pas une autre variété en fleurs en même temps que les vôtres à moins de 2 km de distance ( idéalement 5 km)… sinon DANGER! Risque de pollinisation croisée; surtout si vous voulez préserver la pureté des spécimens.

Troisièmement, laissez sécher les semences (appelées akènes) directement sur le plant à l’extérieur jusqu’à ce qu’elles soient bien dodues. Elles se rassembleront en petits tas de boules sur la tige au centre du plant. Un tuteur pourrait être nécessaire  pour tenir les tiges de grands cultivars. Amenez-les dans la maison pour les sécher la tête en bas encore quelques jours et ce, pour être sûr qu’ils seront secs pour l’ensachage.

Mais avant cette dernière étape, vous devrez froissez les semences aglutinées car elles seront plutôt difficiles à séparer. Reste quelques débris qu’un tamis poourra vous débarasser.

Finalement, inscrivez le nom de votre variété sur un sachet opaque et l’année de récolte. Elles se conserveront 4 à 5 ans si entreposées dans un lieu sec, frais et à l’abris de la lumière.

Advertisements