Louis Hébert (image: l'abbé A.C. Hébert, 1918. Archives nationales du Canada)

Ce titre évocateur fait surtout référence au fait qu’il soit le pemier colon de la Nouvelle-France ayant pu subvenir à ses propres besoins alimentaires à même du sol sans apport extérieur. Apothicaire, épicier, bourgeois, Louis Hébert (1575-1627) est aussi le premier colon à s’installer en Nouvelle-France et presque par la force des choses, le premier dans bien des domaines. Arrivé à Québec en 1617, il défricha et cultiva au moyen d’outils manuels essentiellement, des terres situées sur les hauteurs de Québec. Expérimentant de nombreuses semences, Hébert impressionna moult observateurs par la diversité des espèces cultivées dans son jardin, en particulier les herbes comme les choux, raves, laitues, pourpier, oseille, persil, etc., toutes herbes utiles à l’alimentation et à la fabrication des médicaments. Il planta aussi des pommiers de Normandie, apportés de France et parmi les premiers à croître dans cette colonie. 

Selon certains écrits:

Son travail de la terre est d’autant plus méritoire que la Compagnie des marchands n’a jamais voulu lui apporter ni un bœuf ni une charrue.

Pour en connaître davantage sur le personnage, consultez un résumé de sa biographie générale.
Bonne fin de semaine!

Advertisements