Prononcez POW POW!

Oui mesdames et messieurs, vous pouvez planter cet arbre aux allures tropicales pouvant survivre jusque dans les régions zonées 4 (-25 degrés celsius) car il est indigène du sud du Québec.

Personne ou presque ne le connaît et encore moins en cultive. Il m’a été présenté il y a environ 5 ans lors d’une conférence sur les espèces hoticoles en devenir. Rien ne semble l’attaquer que ce soit insecte ou maladie.

Atteignant 3 mètres à maturité, il est idéal pour les petits espaces derrière la maison.

Fleur de paw paw (photo; François Lebel)

Cependant, certains mesurent jusqu’à 10 mètres de hauteur dans les régions plus au sud. Il adore l’ombre partielle mais assurez-vous qu’il ait les racines dans un sol où vous aurez ajouté une bonne dose de matières organiques. Gardez la terre constamment humide sans pour autant qu’il soit détrempé. Les grandes pluies du printemps sont excellentes.

Fleur de paw paw fertilisée (photo: François Lebel)

Pour cela, ne lésinez pas sur le paillis à la base (ex: copeaux de bois).  Le fruit d’un poids de 150 à 450 grammes se compare à un mélange de banane, mangue et ananas. Il se récolte vers la fin septembre lorsqu’il tombe par terre. Il est suggéré de planter un deuxième arbre pour sa pollinisation qui se fait par le vent et d’autres insectes. Il est curieux de noter que les abeilles ne sont pas attirées par les fleurs qui apparaissent tôt au printemps. Bon potentiel commercial car productif.

 N’oubliez pas de lire le commentaire de François Lebel qui cultive cette variété au Québec depuis 2004. Nous le remerçions pour les belles photographies. Disponible à la pépinière Grange verte ou en commande spéciale auprès de votre pépinériste, mais si vous choississez cette dernière option, vous allez payer des frais supplémentaires pour l’intermédiaire.
Advertisements