Épinard Norfolk (image: http://www.heritageharvestseed.com)

La recherche d’anciennes variétés est une véritable chasse au trésor, surtout si de surcroît, elles sont très rares. On ne sait jamais de quelles manières, ni de quels endroits elles vont provenir.

À l’occasion, ce sont des collectionneurs privés, des artistes engagés, un hasard d’une rencontre imprévue, la visite d’un potager, une référence d’un blogue obscur (un peu comme le mien), etc.

Cette fois-ci, les graines de ce cultivar d’épinard très rare proviennent d’un couvent, plus spécifiquement de la congrégation des Soeurs Saint-Vincent-de-Paul à Kingston en Ontario.  Je vous invites à visiter  la section ¨seed sanctuary » (en anglais seulement).

Semences Épinard Norfolk

En effet, ces religieuses préservent plus de 400 cultivars de légumes, fines herbes et fruits dans leur jardin fondé dans les années 1930.  Vous retrouverez des bijoux ayant été cultivé depuis plus de 100 ans. J’ai eu un brin de nostalgique lorsque j’ai reçu mon sachet de semences sur lequel était inscrit des infos tapées à la dactylo.

J’ai ainsi pu mettre la main sur cette variété en danger d’extinction supposément développée au Québec dans les années 1880. Le catalogue de Ewings Seeds de 1914 fait référence à la variété « Norfolk-Savoy ». Le catalogue de Reenie’s de 1920 quant à lui fait référence à la variété  Norfolk comme pouvant aussi s’appeller « Bloomsdale Savoy-Leaved ». Si c’est le cas, et bien nous sommes en présence d’une semence qui s’est fait renommer.

En effet, on retrouve ce cultivar aux États-Unis, plus pécifiquement à Omaha au Nébraska dès 1898.  Nous cherchons encore à confirmer si notre théorie se tient. En attendant, nous l’inscrivons à notre palmarès des légumes du Québec.

Graines d’épinard Norfolk

Culture: L’épinard aime le froid. Lorsqu’il commence à faire chaud, il monte en graines. C’est pourquoi vous pouvez le semer très tôt directement au jardin au printemps (en début avril ou dès que le sol peut être travaillé) ou très tard en automne (fin septembre). La variété Norfolk, selon certaines sources, pourrait même résister à des températures allant sous -35 degrés celsius (vous avez bien lu!), s’il est protégé du vent glacial. J’avoue douter beaucoup mais c’est en expérimentant qu’on saura.  Malheureusement, il est top tard pour cette année mais un jour, nous tenterons le coup. brrrrr!  Envoyez-nous vos commentaires si vous avez déjà fait l’expérimentation.

Advertisements