Ancienne publicité

Ce tabac indigène a été cultivé par les colons français dès 1652. Au fil du temps, le nom de cette variété a changé. Nous imaginons que les différentes prononciations ou traductions (français à l’anglais ou vice versa) ont contribué à jouer avec le nom. Par exemple, le catalogue de 1897 de W.M. Ewing & Cie l’inscrit sous l’appellation« Canelle ou Petit Havane » Il est décrit comme :

Ce tabac, quoique petit et très rustique devrait avoir sa place dans le champs ou le jardin de celui qui peut s’en procurer la graine; il a un arôme particulier qu’aucune espèce importé n’a encore pu surpasser.

Se pourrait-il que le nom de « Petit Havane » serait en fait le « Petit Canadien », autre variété indigène au Québec?

Quoi qu’il en soit, en 1916, le catalogue annuel d’Hector L. Déry,différencie les deux variétés en les inscrivant chacun séparément; les deux étant spécifié comme étant un petit tabac.

Encore plus tard, dans la version anglaise du catalogue de Dupuy & Ferguson Ltée de 1942, le « Petit Havane est disparu au profit du « small red canadian ». N’y apparaît que le « Quesnel » où on peut y lire:

High aromatic flavour. For a pipe tobacco has no equal and is very extensive grown in Quebec for this purpose. The leaf is a good size and shape and excellent quality ».

Aujourd’hui, le tabac est souvent utilisé dans les insecticides biologiques. Vous êtes en contact avec des personnes cultivant cette variété, faites-le nous savoir.

Le Soleil, 2 Mai 1923, p. 2

Le Soleil, 7 Mars 1936

Advertisements