Je suis de retour après un superbe été ensoleillé. Très heureux de vous retrouver et aussi de vous faire (re)découvrir des pans oubliés de notre histoire agroalimentaire québécois. Je m’appliquerai avec autant de ferveur à faire connaître cette biodiversité en perte de vitesse, si importante. Malheureusement, pour des raisons bien personnelles, j’ai dû me résoudre à mettre de côté la vente de semences ancestrales. Sans entrer dans les détails, la dernière année m’a obligé à rediriger mes énergies.

En effet, depuis plus de 15 ans, j’offrais une multitude de variétés très rares et en voie de disparition. J’en étais très fier. Pour plusieurs, je ne pouvais me résoudre à les voir disparaître dans mon potager. Faut être conséquent n’est-ce pas?

Je me suis donc organisé pour les protéger, notamment en faire bénéficier quelques-uns triés sur le volet. J’avais à cœur de transmettre ces sélections à des gens ayant autant de passion et partageant les mêmes valeurs du vivant. Parmi ceux-ci, Rémy Bousquet, un nouveau producteur d’ail excessivement consciencieux de La Présentation, près de Saint-Hyacinthe. Rencontré lors d’une de mes conférences, j’avais été séduit par son énergie et sa soif d’apprendre. Lui-même fils d’agriculteur, il a roulé sa bosse dans le domaine plusieurs années pour finalement tomber en amour avec cette plante merveilleuse en fondant son entreprise avec sa conjointe Maude. Nommée « la ferme Le champs libre », il avoue candidement avoir fait une faute d’orthographe lors de l’attribution de son nom d’entreprise en croyant, à tort, le mot « champs » invariable avec un « s ». Par une combinaison d’expérimentation, d’auto-apprentissage et d’échanges entre pairs, ce bachelier universitaire offre de multiples variétés d’excellente qualité, dont quelques-unes des miennes. Je vous encourage à le contacter, lui ou sa conjointe, par courriel ou Facebook pour la vente directe. Il se déplace aussi lors d’événements inscrits via sa page Facebook. Je vous encourage à visionner sa capsule vidéo sur sa page pour les connaître davantage. Dans un genre de « donner au suivant », il se dit aussi très intéressé à partager son expérience et ses trucs à toutes personnes désireuses d’en savoir davantage sur cette culture à grande échelle en échange d’un petit coup d’un main. Peut-être qu’un jour j’offrirais à nouveau des semences mais pour le moment, je continuerai d’écrire. C’est la vie!

Moi (à droite) et Rémy Bousquet (à gauche) lors de la récolte d’ail 2018

Advertisements