Pour les personnes désireuses de rentabiliser leur potager, un petit coin de terre, un balcon ou simplement un rebord de fenêtre, je vous suggère de cultiver des fines herbes. À leur prix actuelle en épicerie (environ 5.00$ pour 3 petits paquets) vous rentrerez vite dans votre argent si en plus, vous choisissez des vivaces. Pour les débutants ou les « paresseux », la culture de la ciboulette se veut très facile. Elle s’adapte à plein d’endroit, requiert un minimum d’entretien et résiste à la sécheresse. Il en pousse même dans mon stationnement remplie de gravier et sur les bords des rangs asphaltés de campagne près de chez-moi. Une fois levée, on l’oublie et on récolte.

Par ailleurs, qu’on les appellent ciboulette, ciboule commune (Allium schoenoprasum) ou encore ciboulette à l’ail, ciboulette chinoise ou ciboule de Chine (Allium tuberosum), deux plantes distinctes, elles appartiennent toutes les deux à la sous-famille des allioidées, c’est-à-dire membre du club de l’oignon, de l’ail et du poireau. Miam! C’est pour cette raison qu’il est très important de respecter les distances d’isolement de 400 et 1500 mètres entre les variétés du même groupe pour ne pas qu’il y ait pollinisation croisée par les insectes.

Ciboulette commune (image: rustica.fr)

De fait, les fleurs formant de belles boules rondes quasi parfaites attirent les butineurs car leur intermédiaire demeure essentiel pour la pollinisation et la production des graines. Pour assurer un minimum de biodiversité, les sources suggèrent entre 15 et 120 plants. Ça fait, je vous le concède, de fameuses rangées difficiles à contenir pour un petit espace. Mais, le coup d’œil en vaut la peine en période de floraison. Pour cela, planter les graines directement au jardin (au ras du sol) au printemps dès que le sol se travaille et ce, espacées de 5 à 10 cm. Recouvrir d’une fine couche de terre et tasser un peu avec la main ou le pied pour qu’il y ait un bon contact avec le sol. Arroser d’une fine pluie et tenir le sol légèrement humide jusqu’à la germination. Garder 20 et 25 cm entre les rangs. 2 semaines après la levée, éclaircir aux 10 cm et enlever les mauvaises herbes. Des semis intérieurs sont possibles pour garnir vos plates-bandes plus rapidement.

Pour produire vos semences, vous n’avez qu’à attendre l’apparition des boules de fleurs séchées, tige comprise. Vous verrez apparaître les graines toutes noires, dodues et très dures parmi les fleurs séchées. Elles auront tendance à tomber toutes seules par l’action du vent. Lors de leur prélèvement, il arrive très fréquemment qu’elles tombent à côté et, au printemps suivant, il y a de fortes chances que d’autres rejetons fassent leur apparition. Faites des heureux autour de vous en leur offrant.

Ciboulette chinoise ou à l’ail (image: jardinage.ooreka.fr)

Ainsi donc, couper les tiges rigides avec les fleurs séchées et déposez-les dans un gros bac en plastique avec couvercle refermable (ex: plat à légumes Tupperware). Rempli au trois-quarts, fermer votre plat et secouer-le avec vigueur. Le frottement dégagera les graines qui tomberont au fond du plat. Répéter l’exercice à une ou deux reprises pour être sûr d’avoir tout prélevé. Soulever ensuite le couvercle pour jeter les tiges et les fleurs séchées au compost. Nous utilisons par la suite deux passoires avec des treillis différents; l’une pour filtrer les gros débris et le deuxième pour les petites particules de poussière, les minuscules graines et les brindilles. Installez-vous ensuite à l’extérieur par temps calme et souffler très doucement sur les graines restantes pour enlever les petits résidus de feuilles séchées restantes.

Finalement, insérer votre récolte dans une enveloppe opaque en papier avec le nom et la date de récolte. Remiser dans un endroit sombre, sec et aéré. La durée de conservation de vos semences variera entre 1 et 2 ans.

Advertisements