Il existe plusieurs types de chou: bruxelles, rave, chinois, chou-fleur, frisé, etc. On a choisi de vous décrire le chou pommé; l’un de celui qu’on rencontre le plus souvent dans les potagers. Ils font tous partie de la même espèce et pour cela, ils se croisent par pollinisation libre, c’est-à-dire qu’on doit les isoler pour conserver la pureté des semences. Pour cela, vous devrez éloigner chaque cultivar d’au moins 1 kilomètre. Autant dire pour la majorité d’entre nous, ne cultiver qu’une seule variété par année pour être sûr de notre coup.

En plus, pour ajouter au degré de difficulté, c’est une plante bisannuelle. Et oui! On devra la faire pousser la première année, la transplanter dans un endroit protégé de l’hiver et la replanter le printemps suivant. Un beau contrat!

D’habitude, les semis sont faciles. Faites-les à l’intérieur environ 5 semaines avant la date de transplantation au jardin. Les semences devraient lever entre 2 et 4 jours. Sinon, inquiétez-vous! On peut aussi planter directement au jardin. C’est au choix! Il faut surtout faire attention de transplanter ou semer pour éviter le moment de la ponte de la mouche du chou. Consultez le lien pour connaître le meilleur moment. Ça vous évitera bien un de ces tracas.

En effet, c’est une ribambelle de bibites qu’il faudra surveiller: l’altise du chou, le ver gris, la piéride du chou, les pucerons, la petite limace grise, la fausse-arpenteuse du chou et cela, sans compter les maladies: le mildiou, l’hernie et la nervation noire. Toujours le goût de produire vos semences?

Semences de chou (source: www.gnis-pedagogie.org)

Semences de chou (source: http://www.gnis-pedagogie.org)

À l’automne, vous devrez conserver minimum 6 à 7 de vos beaux spécimens et les rentrer dans une chambre froide. Récoltez-les le plus tard possible. Le chou supporte bien les premières gelées. Rentrez-les avec leurs racines; même celles latérales que vous suspendrez la tête vers le bas. Éliminer les feuilles les moins belles entourant le légume. Vous pouvez également, si vous le désirez, resemer la motte dans du sable humide à la fraîcheur ou les installez dans de vieux réfrigérateurs. C’est au choix! L’important sera de les maintenir à une température proche du zéro degré Celsius. Ne les empilez jamais. Faites quand même une petite vérification durant l’hiver pour éliminer toute plante malade, pourrie ou d’allure suspecte.

Plus tard, lorsque les beaux jours reviendront (après le risque de gel au sol passé), replantez-les un peu plus profondément dans la terre en vous assurant de les disposer à 1/2 mètre de distance entre chacun des plants. Faites un X avec l’aide d’un couteau au-dessus du chou d’à peu près 5 à 10 centimètres de profondeur. Ceci, dans le but de donner une chance à la hampe florale de s’élever sans contrainte. Installer un tuteur car cette dernière poussera au moins jusqu’à 1 mètre et demi de hauteur. C’est elle qui contiendra les petites capsules que vous devrez récolter au fur et à mesure de leur mûrissement. Effectivement, elles n’arriveront pas à maturité en même temps.

Enfermez-les finalement dans un sachet opaque (papier de préférence) au sec, à l’abris de la lumière sur lequel vous inscrirez la date de récolte. La longévité des graines variera entre 4 et 5 ans. Bon succès et…. l’erreur est permise! L’important, c’est de persévérer.

Advertisements