Le chervis (Sium sisarum L.), aussi connu sous les noms girolle, berle des potagers, chirouis ou en anglais skirret est une plante vivace qu’on consomme pour ses racines comestibles sucrées. Il proviendrait, semblerait-il d’Asie occidentale et centrale. Immigré de l’Allemagne / Russie vers la France au 15e siècle, rien, mis-à-part des écrits du jésuite Louis Nicolas n’en fait échos au début de la colonie française. La plante disparut des radars pendant plusieurs siècles avant de refaire son apparition dans les années 1920 par l’intermédiaire d’une seule compagnie: Dupuy & Ferguson. Et puis après 1930…. plus rien. Disparu! Plus personne n’en vendait au Québec depuis un autre 70 ans. Il faut dire que le légume n’est pas le plus ragoûtant. Le groupe de racines plutôt minces n’indiquent pas nécessairement qu’une fois pelées, elles révéleront un blanc encore plus immaculé. Ça en prend quand même plusieurs pour donner le même rendement qu’une carotte. Donc, un peu plus de travail à la cuisine. C’est peut-être la raison pour laquelle il n’a obtenu aucun succès canadien tant du côté anglophone que francophone. Justement, en 1928, Dupuy & Ferguson mentionnait que:

Les racines de cette plante sont tendres et peu farinacées. On s’en sert de la même manière que le salsifis.

Feuillage du chervis

Feuillage du chervis

Très rustique (zoné 4), le plant se conserve au jardin tout l’hiver. Pour en obtenir, vous devez semer les graines en automne car elles ont besoin d’une période dormance pour germer. Sinon, stratifier les semences que vous glisserez avec du sable légèrement humide au frigo pendant quelques semaines. Par la suite, déposer dans un sillon peu profond d’une distance de 10 à 15 cm que vous recouvrirez à peine d’un peu de terre. Un petit conseil, la germination des semences demeurent quelque peu erratique, semer davantage pour de meilleurs résultats. Par ailleurs, si vous ne récoltez pas les racines à l’automne (meilleure moment de l’année pour en manger), n’oubliez pas, c’est une biannuelle. Cela veut simplement dire qu’à la 2e année, vous vous retrouverez avec de grandes tiges surmontées d’ombelles prêtes pour la pollinisation et éventuellement, plein de graines. Ne soyez pas surpris… ça attire beaucoup les insectes. Les racines, elles, sont prêtes pour consommation une fois le plant séché. Ne récoltez pas tous les plants car elle se régénèrera et ainsi, vous n’aurez plus à en planter pour le restant de vos jours. Bon à savoir: Tolère les sols humides voire détrempés. Cela demeure selon nous, une autre de ses qualités pour des endroits qui s’égouttent mal ou pour de la permaculture. Ah oui! Pas non plus d’insecte ou de maladie connu. Pas mal pour un légume oublié.

Advertisements