Haricot Grand-maman DinelLe 11 mars 2008, suite à un épisode de l’émission de télévision « Du cœur au ventre » de Radio-Canada, mettant en vedette Jean-François Lévesque, propriétaire des Jardins de l’Écoumène, Judith David lui fait parvenir un courrier électronique pour lui proposer des graines de haricot jaune grimpant cultivés dans sa famille depuis plus de 100 ans.

De fait, cette dernière avait espoir de perpétuer cette variété après avoir appris que Monsieur Lévesque avait comme passion de « cultiver d’anciennes variétés de légumes, d’encourager l’agriculture biologique et de faire un pied-de-nez aux semences transgéniques, de protéger et cultiver des variétés bien adaptées au climat du Québec ».

En effet, sa grand-mère, Maximilienne Corbeil Dinel les a semée presque toute sa vie (elle les appelait « mes rameuses« ) et elle veut les protéger d’une possible extinction puisqu’elle demeure l’une des rares à les propager. En réponse, Monsieur Lévesque précise « qu’il doit prendre le temps de faire des essais et de découvrir l’origine botanique de cette variété avant de la faire connaître au reste du monde ». En 2012, ses recherches piétinent et il nous demande de relever ce défi avec lui; ce que nous acceptons avec joie et empressement. Après une première année d’essais et d’observations, voici nos constats.

Judith David

Judith David

Nous tenons à préciser qu’il est très important pour nous de documenter l’historiographie de Maximilienne Corbeil Dinel car elle nous permet de cadrer les événements, les personnages et ainsi dresser le portrait le plus fidèle possible du cultivar pour de futures recherches. Nous nous sommes aussi permis d’ajouter quelques-unes de nos propres notes à même le texte suite à sa culture en 2013.

Née le 12 avril 1886 à Notre-Dame-de-la-Paix, Maximilienne Corbeil unit sa destinée à Léandre Dinel (1885-1946) le 22 juillet 1907 (voir documents historiques au bas du texte). Elle recevra les fameuses semences en cadeau de noce (donneur inconnu) lors de cette célébration. 6e d’une famille de 9 enfants, elle demeurera sur la ferme achetée à Vinoy (aujourd’hui fusionnée avec la municipalité de Chénéville) sur laquelle naîtra 8 enfants dont sa fille aînée Gabrielle (1909-2006), mère de Judith David. Selon les souvenirs de jeunesse de cette dernière:

Ma grand-mère en plantait à grosse échelle et elle en récoltait vraiment beaucoup. Mais ce n’est pas tout le monde qui aimait son goût. Sa principale caractéristique, c’est son temps de cuisson. Pas plus de 5 ou 6 minutes sinon elle devient farineuse.

Elle rajoute « qu’il faut le cueillir jeune », c’est-à-dire jaune avec encore un peu de vert dessus.

Effectivement, selon nos observations, la graine se forme rapidement et si vous passez le bon moment de récolte, elle deviendra pâteuse. Selon Madame David, sa grand-mère les mangeaient cuits avec une noisette de beurre saupoudrés de sel et de poivre… pas plus. Elle en faisait aussi des conserves. Nous avons également remarqué et fait confirmer par Madame David que la floraison se poursuit jusqu’à la première gelée. En se remémorant, sa grand-mère les plantait en mai directement au sol, dans une terre argileuse mêlée de compost dès le dernier gel passé sur un site ensoleillé et bien drainé.

Haricot Grand-maman Dinel 2Pour sa part, elle sème ses fèves autour d’une perche d’environ 6 pieds surmontée d’une croix à laquelle sont attachées 4 cordes encrées au sol, 4 à 5 fèves sont semées à la base de chaque corde et les fèves grimpent facilement sur les cordes jusqu’à la croix.

Maximilienne Corbeil Dinel est décédée à Saint-André-Avellin le 30 janvier 1990 à l’âge de 103 ans. Elle nous aura légué bien plus qu’un haricot. La municipalité de Chénéville (zoné 4a) a inauguré en 1986 en sa présence la « montée Dinel » pour commémorer la contribution de cette femme dans cette région.

Qui plus est, pour son 100e anniversaire de naissance, un article paru le 14 avril 1986 dans le journal « Le Droit » d’Ottawa sous le titre « Les cent ans de grand-maman Dinel » citera entre autre le témoignage de Robert Burns, juge à la cour du travail:

Elle avait 94 ans et travaillait encore dans son jardin. Quand j’arrêtais la voir, elle me parlait toujours de ce qu’elle allait planter l’année suivante. Pour moi qui était dans la cinquantaine à ce moment là, c’était quelque chose d’assez particulier.

Ainsi donc, après avoir pris notes et photographies, l’étape subséquente nous a amené à rechercher l’origine de la variété. Après avoir planché pendant plus d’un an dans d’anciens catalogues (Québécois et Ontariens), contacté des personnes ressources tant professionnelles qu’amateures, fouillé dans des bases de données, comparé plusieurs centaines de spécimens, nous n’avons malheureusement encore pu retrouver la souche originale. Nous y travaillons encore et faisons appel à toutes personnes désireuses de nous assister dans cette tâche.

Maximilienne Dinel (source: Judith David)

Maximilienne Corbeil Dinel (source: Judith David)

Toutefois, même incomplète, il nous apparaissait utile d’en dresser un portrait le plus fidèle possible dans l’éventualité qu’une personne bien intentionnée ait des renseignements pertinents à ajouter à la connaissance de ce légume du terroir québécois.

Malgré nos bonnes intentions, il y a eu continuellement un ou plusieurs éléments non conformes avec notre haricot témoin (couleur ou forme des semences, du légume, de la fleur, hauteur du plant, etc.). En attendant de le (re)découvrir, voici quand même quelques constats importants suite à nos démarches:

  • En 1907 (année où Maximilienne Corbeil Dinel a reçu ses graines), les variétés grimpantes qu’on appelle à « rame » en français et « pole bean » en anglais sont, en grande majorité, vertes. Ça diminue beaucoup les recherches.
  • Les grimpantes sont aussi moins nombreuses que les naines; ça rétrécie encore davantage les choix possibles.
  • Peu importe les entreprises de l’époque qu’elles soient québécoises ou ontariennes ( Reenie’s, Ewing, Simmer, Morisset, etc.) l’offre est relativement semblable d’une compagnie à l’autre.
  • Il existe néanmoins encore des centaines de cultivars en provenance d’autres pays (États-Unis, France, Ex-URSS, etc.) qui n’ont pas encore été comparé. Rien ne nous démontre qu’il ne serait pas issu de l’un d’entre eux.
  • Il y a des chances pour que le cultivar actuel se soit adapté et aurait peut-être pu même développer certaines caractéristiques propres rendant le jumelage plus difficile.

Documents historiques en PDF concernant le mariage de Léandre Dinel et de Maximilienne Corbeil: Noces Léandre Dinel et Maximilienne Corbeil (1) Noces Léandre Dinel et Maximilienne Corbeil (2)

Nous tenons à souligner sincèrement la précieuse collaboration de Judith David et de Jean-François Lévesque sans qui cet article n’aurait été possible. Toutes reproductions des photographies sont interdites à moins d’autorisation.

Advertisements