On parle de plus en plus de la renaissance du melon de Montréal; un fruit dont la célébrité atteignit son apogée entre 1870 et 1920. Mais derrière cette ancienne vedette, se cache des artisans lui ayant consacré presque leur vie entière notamment Barthélémie-Télésphore Décarie (1841-190?) et son fils Anatole (1884-?).

En effet, l’une des traditions orales voudrait que l’origine du melon musqué proviendrait de semences de France apportées par l’un des employés du père.

Par ailleurs, la renommée de leurs terres (entre la rue St-Jacques jusqu’à la côte St-Luc) et situées sur ce qu’on appelle aujourd’hui Notre-Dame-de-Grâce faisait aussi en sorte qu’on conférait d’autres commentaires élogieux à d’autres types de récoltes comme le cite un article paru dans le journal « La Patrie » du 9 août 1903:

les pommes, les tomates, les choux et les oignons de Notre-Dame-de-Grâce y sont célèbres.

La famille établie depuis 1675 construisit une maison qui accueillie pas moins de 9 générations. C’est justement en leur honneur, l’une des premières à s’être installée à Montréal qu’on nomma l’avenue Décarie, aujourd’hui Boulevard, Décarie. On voit justement une photographie de la résidence familiale au tournant du XIXe siècle jusqu’au moment de sa démolition survenue en 1912 pour laisser place à la voie ferrée du Canadien Pacifique.

Maison Décarie construite en 1680 (photo: www.n-d-g.ca)

Maison Décarie construite en 1680 (photo: http://www.n-d-g.ca)

Même maison en 1850

Même maison en 1850

En effet, outre ses deux personnages, il y a eu d’autres artisans venus porter leur brique au monument de ce fruit typiquement québécois, notamment la famille Gorman mais la contribution, d’Anatole Décarie, réputé « grand-maître », fût sans contredit, celle de créer une souche 10 jours plus précoce que ses compétiteurs. Pour le commun des mortels, cela ne veut pas dire grand chose mais pour un agriculteur, c’est toute une différence pour l’époque. Cette technique aurait été inspiré par un soi-disant livre d’Europe bien particulier du nom de « livre des horticulteurs français et étrangers« .

En effet, selon l’ouvrage « Montréal, activités, habitants, quartiers« , d’Annette Beaulieu édité en 1984 par la Société historique de Montréal, celle-ci y fait la mention suivante:

La culture du fruit laissé par son père, Télesphore Décarie, a pu sélectionner de superbes gros melons mûrs à point sur ses terres de Notre-Dame-de-Grâce. Cette science aurait été inspiré, entre autre, d’un livre français intitulé: Livre des horticulteurs français et étrangersCe bouquin, gros comme un dictionnaire, avait été consulté si souvent que la couverture en était toute usée, tout comme les pages marquées de signets, surtout aux endroits où l’on traitait de la culture du melon.

C’était cette réputation exceptionnelle qui faisait en sorte que de nombreux établissements prestigieux tels l’hôtel Windsor de Montréal venait s’approvisionner chaque année. Une anecdote intéressante fait état que lors d’une mauvaise saison ou les melons s’avéraient peu présentables en raison de taches et d’une peau fendillée, Anatole Decarie suggéra en contrepartie au représentant de l’hôtel une confiture de melon confectionnée par sa femme Marie-Catherine. Ce dernier fut si impressionné qu’il en commanda suffisamment pour la faire travailler, elle et ses aides pendant quinze jours consécutifs juste pour répondre à la demande. Si nous tombons sur la recette, on vous la partagera c’est sûr.

Source: archives de Montréal

Source: archives de Montréal

Une autre histoire singulière mentionne qu’un jour, un ami personnel du roi Édouard VII (1841-1910), un dénommé Monsieur Dawson, client de l’hôtel Windsor, cherchait un cadeau particulier à offrir au souverain pour son retour au pays. Se souvenant du goût remarquable du fruit, il vint trouver Anatole avec lequel il choisit des spécimens de très bonnes dimensions qu’ils expédièrent entourés de mousse dans de grosses caisses à claire-voie (cela signifie avec fenêtres pour laisser passer le jour) étiquetées au nom du roi, comme on le voit sur l’image ci-contre. Nous n’avons pu trouver de traces de la réaction ou de commentaires de l’empereur sur ce cadeau.

Néanmoins, outre New-York, Philadelphie, Boston et Chicago où les melons étaient expédiés par des entreprises spécialisées, la compagnie familiale satisfaisait la bourgeoisie Montréalaise en distribuant les fruits en charrette comme le fait foi cette image à gauche (estimée vers 1910) sur laquelle on retrouve en arrière plan, Anatole Décarie.

Charette de melons de Montréal (vers 1910)
Photo: Yves Decarie

Malheureusement, le melon ne survécu pas aux grandes transformations technologiques agricoles, aux nouveaux goûts des consommateurs et le savoir des hommes, incluant leur créations. se perdirent avec le temps.

En effet, dès 1956, plus personne n’en produisait et les semences avaient disparu des catalogues. Aujourd’hui, des tentatives sont à l’essai pour sa réhabilitation mais de mémoires d’homme, il faudrait bien du temps avant de revoir une telle merveille gustative. Le travail et la passion d’une vie, cela ne se recrée pas du jour au lendemain. Vous pouvez visualiser une capsule vidéo de 6 minutes qui relate, entre autre, l’agriculture de cette époque dans la région de Montréal avec un petit clin d’œil sur ces deux hommes et leur melon.

 

Pour en savoir plus, consultez un de nos anciens articles intitulé : Le melon de Montréal (mise à jour).

Advertisements