Alexander W. Livingston (source: wizzley.com)

Alexander W. Livingston (source: wizzley.com)

Au crépuscule de sa vie, mon père ayant été propriétaire d’un commerce pendant 40 ans, m’a fait un jour la réflexion suivante: « mon fils, un succès instantané, c’est souvent 20 ans de travail acharné ». Ces paroles me résonnent encore en moi et je crois qu’elles s’appliquent tout à fait à l’histoire d’Alexander W. Livingston (1821-1898).

En effet, c’est le temps qu’il aura consacré pour créer la première tomate « moderne » telle qu’on la connaît aujourd’hui, c’est-à-dire grosse, sucrée, lisse et uniforme.

Au départ, rien ne laissait présager qu’il accéderait au panthéon des hybrideurs. Originaire de Reynoldsburg en Ohio et élevé sur une ferme, son fort intérêt pour les semences et les plantes dépassa rapidement son éducation limitée. Très jeune, on lui reconnu dans sa région un grand potentiel voire une notoriété dans ce domaine. À 29 ans, (1850), il fonda la société de commercialisation de semences Livingston Buckeye Seed Gardens. Deux ans plus tard, il acheta 70 de terre près de Reynoldsburg où son entreprise prospéra rapidement.

Par contre, il se démarqua surtout en devenant le premier semencier américain du XIXe siècle à jouer un rôle majeur dans le popularisation de la tomate aux États-Unis. À son palmarès, il créera (entre 1870 et 1898) les 31 variétés suivantes: Acme, Perfection, Golden Queen, Favorite, Beauty, Potato Leaf, Stone, Royal Red, Gold Ball, Buckeye State, Aristocrat, Large Rose Peach, Honor Bright, Dwarf Yellow Prince, Magnus, Aristobright, Royal Colors, Dandy Dwarf, Multicolor, Princess, Grandus, Dwarf Stone, Dwarf Purple, Globe, Hummer, Coreless, Manyfold, Rosy Morn, Giant Oxheart, Hansing’s Improved Wilt-Resistant Marvel, New Yellow Oxheart, Ohio Red, Ideal, Main Crop Pink et… la Paragon, qui fût son premier-né en 1870. Elle lui aura demandé 20 ans d’effort et de tentatives pour répondre à ses attentes.

Il est très important de se souvenir qu’autrefois, la tomate avait la grosseur d’une tomate cerise. D’un goût amer, cette grimpante était cultivée davantage pour son aspect exotique plutôt qu’alimentaire car on la croyait toxique. Les choses ont bien changé car aujourd’hui c’est l’un des fruits les plus populaires dans le monde avec, selon certaines sources, près de 15 000 cultivars uniques. Pas mal!  

Mort en 1898 à l’âge de 77 ans et en sa mémoire, Reynoldsburg organise annuellement depuis 1960, le festival de la tomate. Pour en savoir davantage sur cette histoire fantastique, vous pouvez lire ou télécharger son livre intitulé: Livingston and the tomato (en anglais seulement) paru en 1883.

 

Festival de la tomate Reynoldsburg

 

 

Advertisements