De son vivant, la pelouse de mon père… c’était sacré. Deux fois par semaine, il refaisait le même manège entre les mois de mai et octobre. Il la tondait, l’arrosait, l’aspergeait d’herbicide et la stimulait à l’engrais synthétique, ramassait les rognures, les déposait aux ordures, etc. Il n’avait malheureusement pas conscience, comme une majorité de gens, qu’il polluait beaucoup. Pensez-y!

  • On estime qu’en utilisant votre tondeuse à essence pendant une heure, cela équivaut à émettre autant de CO2 qu’un trajet de 150 à 600 km en voiture (selon les modèles).
  • Les engrais et herbicides contaminent et appauvrissent le sol. Ils requièrent de nombreux composants chimiques pour leur fabrication. Leur transport ont  aussi un impact important sur l’environnement.
  • Le ramassage des rognures sont des taxes municipales superflues pouvant être investies ailleurs.
  • L’enfouissement dans les sites créé des biogaz et pollue les nappes phréatiques causé par le lexiviat.
  • L’arrosage exige un traitement de l’usine de filtration.
  • Bref, tout ça…. juste pour un beau gazon. Épouvantable!

L’herbicyclage se veut une réponse à cette mauvaise gestion des ressources. C’est simplement de la laisser là après la tonte. Composée en majeure partie d’eau, l’herbe fraîche coupée aide à étancher la soif de la pelouse. L’azote contenue dans les rognures fertilisera les repousses. Vous économiserez du temps et de l’argent. Fini le ramassage  l’ensachage, l’arrosage et à l’épandage d’engrais. Coupez-le lorsqu’il dépassera environ 7 cm (trois pouces). À cette hauteur la pelouse conserve mieux son humidité et ça aide à diminuer l’apport d’eau. Évitez la tonte lors des moments de sécheresse. Durant ces moments, celle-ci entre en dormance et elle reverdira à la prochaine pluie. Des dispositifs mécaniques (ex: l’arrache-pissenlit) peuvent suppléer les herbicides. Et une mince couche de compost au printemp va faire des miracles pour la maintenir en santé. C’est si facile que ça en est ridicule, vous ne trouvez pas?

Ce gros bon sens a fait en sorte que, pour réduire leurs dépenses inutiles, des municipalités ont voté des règlements obligeant leurs concitoyens à herbicycler. Vous aimeriez suggérer une telle pratique à vos élus? Consultez l’outil de Recyc-Québec intitulé: Programme d’herbicyclage, Guide d’implantation de l’herbicyclage en milieu municipal. Vous avez vous aussi tout ce qu’il faut pour changer le monde… au mieux!

Pour en savoir plus: Comment la pelouse est-elle arrivée à cette apogée dans nos sociétés? Pour connaître la réponse, n’hésitez pas à écouter l’émission radiophonique « L’histoire de la pelouse » de France culture.

Advertisements