Haricot Saint-Sacrement séché

Au cours des siècles, ce haricot très ancien à cosses vertes, originaire d’Europe, a fait l’objet d’une multitude d’appellations et de déclinaisons: Haricot à la religieuse, Nombril à la religieuse, Nombril de bonne soeur, Saint-Esprit, Saint-Esprit à oeil rouge, Haricot ostensoir, Haricot du Bon Dieu et nous en oublions sûrement. Mais, il est surtout connu sous le nom de Haricot Saint-Sacrement.

Tous ces noms à connotation écclésiastique font surtout référence au hile brunâtre en forme d’auréole et plusieurs légendes y sont associées. Nous vous en présentons quatre:   

  1. L’auréole serait apparu sur des haricots où avait été enterré un ostensoir volé dans une chapelle. Les villageois étonnés creusèrent dans le champs là où les haricots avaient changé d’apparence et purent y retrouver l’objet sacré. C’est ainsi que le coupable, propriétaire du champs a pu être identifié et condamné.
  2. Lors de la Révolution Française, craignant les brigands, un curé cache le Saint-Sacrement sous des haricots à rame dans le jardin d’une de ses paroissiennes à la suggestion de cette dernière. L’automne suivant, lors de la récolte, elle voit ses haricots, habituellement blancs, ornés d’une minuscule tache en forme d’hostie enchassée dans un ostensoir brun. Qualifié de récompense dû à la foi de cette femme, l’histoire des haricots miraculeux se répandit rapidement lorsque la Révolution s’est terminée. 
  3. Le signe serait apparu dans un champ de haricolts d’un paysan ayant autorisé un vicaire portant le Saint-Sacrement à le traverser pour contourner une route inondée.
  4. Craignant les pillards, quelques paysans gardant le trésor du Christ, l’enterrèrent en semant par-dessus des haricots blancs. À leur retrour, les graines auraient été imprégné de l’image du coeur du Christ.

Ce ne sont que quelques exemples des histoires populaires véhiculées et chaque région de France semble avoir la sienne.

En fait, elles ont souvent un rapport à cette tache mais, entre nous, on pourrait y voir à peu près ce que l’on veut. C’est comme si vous faisiez le test de Rorschach. D’Europe,les graines se sont dispersées un peu partout à travers le monde et sont arrivées, entre autre, ici au Québec. Pour quelles raison croyons-nous qu’il est associé au haricot nommé « Soldat de la Beauce »? Nous évoquons ici une théorie. Elle ne semble pas avoir été mentionné dans aucun site référencé jusqu’à maintenant. Vous avez donc une primeur.

Premièrement, une histoire raconte qu’en France, lors de la 2e guerre mondiale, un soldat aurait eu la vie sauve en se cachant dans un champs de haricots pour éviter de se faire tuer par les allemands. Certains verraient d’ailleurs sur la tache un soldat au garde-à-vous. Quand je vous écrivais qu’on peut y voir n’importe quoi! 

À cause de cela, il fût associé à la chance et aux bonnes récoltes. Ce haricot fût renommé « Haricot du Bon Dieu ». 

Ainsi, en consultant les écrits de 1999 des anciens membres du Semenciers du patrimoine, ces derniers identifiaient un haricot cultivée en Beauce en se référant à un soldat européen. Coïncidence ?

Quoi qu’il en soit,même si la variété Saint-Sacrement remonte très loin dans le temps,  il se peut très bien que la variété « Soldat de la Beauce » soit le « Haricot du Bon Dieux », arrivée chez-nous après la 2e guerre mondiale, lui-même parent du haricot « Saint-Sacrement ». Qu’en pensez-vous?

Il aura par contre acquis ici ses propres caractéristiques et du même coup, un nouveau nom. 

Toutefois, On distingue de petites distinctions selon la provenances des graines (plus allongées, dessins moins apparents ou plus diffus, etc…).  

C’est d’ailleurs assez commun de rencontrer un même légume ayant changé de nom avec le temps.

Par exemple, il n’était pas rare de rencontrer des entreprises de semences d’antan qui, pour mousser une variété peu rentable, ait recours à ce genre de stratagème pour mousser les ventes de ce dernier.

Cette variété à fleurs blanches, en danger d’extinction, peut pousser jusqu’à 5 pieds de hauteur et chaque cosse peut contenir entre 5 et 7 graines. Très productive, elle est parfaite pour la cuisson au four. Maturité : entre 80 et 90 jours

Advertisements