Philippe Granger est considéré le promoteur de la culture du maïs-grain au Québec. Ancien directeur de l’une des fermes de l’Institut de Technologie Agro-alimentaire de Saint-Hyacinthe, cette culture prendra beaucoup d’expansion à partir de 1970.

J’ai donc pensé vous entretenir d’une variété de mais-grain qu’on ne retrouve plus aujourd’hui: le Québec no.28. Il a été sélectionnée par le collège MacDonald parmi les types de « blé-d’Inde » jaune cultivé depuis longtemps dans la province du Québec, c’est-à-dire avant 1932. Son épis est plutôt petit et son grain est jaune foncé. L’épi porte généralement douze rangs de grains, mais ce nombre peut varier. Le grain est aussi plutôt petit. Ce maïs, ainsi que tous les cultivars de type lustré de cette époque, développe des rejetons. Sa tige est courte et de maturation précoce. Dans la partie ouest de la province, le grain parvient à maturité cent jours après les semis, soit un peu plus de 3 mois. Le Québec no.28, cultivé pour le grain, est un cultivar productif et particulièrement bien adapté pour l’égrenage. En 1932, il était laissé à manger sur pied par les porcs. Vous possédez ou connaissez quelqu’un ayant des informations sur ce cultivar, n’hésitez pas à nous en faire part. Nous n’avons malheureusement aucune image de ce légume.

Bonne fin de semaine!

Advertisements