Image tirée du livre "Les terroirs du Québec"

Il y a quelques années, lors d’une conférence de Yves Gagnon, propriétaire des Jardins du Grand-Portage, ce dernier nous présentait son immense jardin-potager, ses bons et moins bons coups, l’historique de son entreprise et les raisons l’ayant poussé à se diriger vers la production de fruits et légumes bios.

Arrive le moment où il nous entretient de la tomate Savignac et des semences reçues des mains d’Armand Savignac, un clerc de Saint-Viateur à Joliette. Il projetait sur le mur une photographie du religieux monté sur l’extrémité d’une très grande échelle au bout de laquelle il cueillait ses tomates. Wow! Nous avions été très impressionné par la dimension des plants et la quantité phénoménale de fruits accrochés. Ça prenait tout un tuteur.

Monsieur Gagnon nous parla de cet homme qui, à cause de troubles digestifs (constipation chronique) et d’une difformité musculaire l’obligea à graduellement transformer son alimentation pour finalement adopter, dès 1940, un mode de vie exclusivement végétarien. Vous comprendrez qu’à l »époque, les mentalités encourageaient fortement l’utilisation d’engrais chimiques, nutriments de synthèse et autres formes de suppléments synthétiques comme étant l’apogée  en matière d’agriculture.

Toutefois, ces méthodes de culture ne s’arrimaient pas à l’état de santé et aux valeurs du religieux. 

Dès lors, il cultivera lui-même ses fruits et légumes de manière naturelle. 

À contre-courant des pratiques habituelles, il deviendra l’un des membres fondateurs du Mouvement pour l’agricutlure biologique du Québec. Durant une grande majorité de sa vie, il expérimentera une foule d’arbres fruitiers notamment les cerisiers de France (de type griotte), le prunier Mirabelle et Mont-Royal, poiriers, pommiers, près de 300 cultivars de vignes, etc.   

Il s’éteindra le 23 avril 1994 âgé de 95 ans et 4 mois… pas mal pour quelqu’un condamné à mourir jeune.

Advertisements