Premièrement, pour une question de climat.

Nous habitons à Saint-Denis-sur-Richelieu, une zone classée 5a. Notre région est propice à l’agriculture grâce à un sol argileux et aux sédiments déposés suite au passage de la mer de Champlain. Nous demeurons justement près de Saint-Hyacinthe, une technopole agroalimentaire. Nos savoir-faire.

Toutefois, malgré la générosité de son sol, notre situation géographique nordique nous oblige à recourir à des plantes bien adaptées.

En effet, elles doivent produire rapidement à l’intérieur de 160 jours environs soit entre le milieu mai et la fin septembre (moments habituelles où il n’y pas de risques de gel).  Nos ancêtres l’avaient très bien compris.

C’est pour cette raison qu’ils ont développé au fil des siècles une foule de plantes uniques pouvant répondre à cet objectif.

Deuxièmement, pour retrouver ces spécimens rares voire en voie d’extinction et leur redonner une place dans nos assiettes. Car c’était vraiment leur but premier; nourrir leur protecteur. Un véritable cercle de vie puisque l’un n’allait pas sans l’autre. Bonne découverte dans les semaines à venir!

Advertisements