Voici une méthode par étape très économique et en images pour obtenir beaucoup de plants de bleuets. La machine à consommation nous fait oublier qu’on peut démarrer ses pousses chez-soi à partir de ses propres semences. Ce que vous acheter réellement chez les pépiniéristes et les centres jardins…. c’est du temps. Des plants plus matures et prêts à produire. Pour les patients-es comme moi, vous pouvez très bien vous contenter d’acheter un contenant de bleuets de votre épicier en spécial à 1.67$ au lieu d’un pot de bleuet d’un litre à plus de 15.00$.

Première remarque, ACHETER QUÉBÉCOIS (image 1). Oui à 100% pour l’achat local mais aussi parce que les plants pourront s’adapter à notre climat. Également, les fruits d’ici n’auront subi aucune irradiation comme ceux d’outre-frontière. Ce processus sanitaire consiste à éliminer tout élément pathogène (bactérie, champignon, virus, insectes, etc.) pouvant mettre en danger nos propres cultures mais il détruit en même temps la vie à l’intérieur de la semence. Pour ma part, je choisis des fruits d’un plant qui m’intéresse en allant faire une auto-cueillette chez un agriculteur et je peux ainsi voir les cultivars à maturité (productivité, hauteur des buissons, grosseur des fruits, etc.). Néanmoins, si vous récoltez des fruits où plusieurs variétés de côtoient, attendez-vous à une possible hybridation. La méthode par bouturage (voir vidéo en bas complètement de l’article) s’avérera plus pertinent pour vous. Mais, si ça ne vous dérange pas, allez-y gaiement.

Deuxième remarque: STRATIFIER VOS SEMENCES. Pour cela, vos bleuets devront passer 3 semaines au congélateur. Ceci pour simuler une période de dormance comme en hiver. Davantage de temps s’avère inutile et quelques fois même dommageable. Juste à mettre vos fruits dans un sac hermétique allant au congélateur et le tour est joué.

Par la suite, décongeler vos fruits. Transvidez-les dans un mélangeur avec 4 tasses d’eau (image 2). Lors du broyage (pas plus de 10 secondes), la pulpe aura tendance à aller vers le haut contrairement aux semences viables plus lourdes, qui elles, iront vers le bas (image 3). Enlever le surplus d’eau et de pulpe. Verser vos semences dans un pots en verre et ajoutez-y de l’eau pour rincer (image 4 et 5). Encore une fois, vider le surplus d’eau pour séparer les résidus afin de ne conserver que les semences viables au fond du contenant. Répétez l’exercice jusqu’à satisfaction (image 6), c’est-à-dire lorsqu’il ne restera que les semences viables au fond (image 7). L’opération du mixage n’aura pas brisé les graines car trop petites pour les lames. Elles passent au travers. Les adeptes de smoothies aux petits fruits comprendront maintenant pourquoi les graines de fraises ou de framboises ne parviennent pas à être détruites dans le processus pour finir par se loger entre les dents. Vous êtes maintenant prêts pour l’étape de la germination.

Pour cela, humidifier juste assez un papier essuie-tout (image 8) et insérez-le dans un sac refermable bien à plat (image 9). Prenez une cuillère à table de semences et répartissez-les de manière uniforme dans votre sac (image 10). Étalez-les avec vos doigts si vous avez de la difficulté (image 11). Gare, ça tache les doigts. Refermez le sac. Maintenant, déposez-le dans un endroit chaud à la noirceur (ex: un garde-manger). Vous devriez commencer à voir poindre des pousses 2 à 3 semaines plus tard. Vous n’aurez qu’à les planter dans un mélange composé d’une part égale de compost, vermiculite et mousse de tourbe. Au moment de planter à l’endroit final, investissez dans votre sol pour garantir votre succès. Vous êtes prêts à débuter votre bleuetière. Pas cher non!

Étapes pour démarrer vos plants de bleuets à partir des semences.

Finalement, comme ce n’est pas tout le monde qui souhaite démarrer des centaines de plants et ce, peu importe la raison, vous pouvez procéder à partir des tiges de vos propres spécimens. C’est un peu plus de travail. Ce n’est pas toujours garanti mais vous gagnerez du temps sur une première récolte. Je vous laisse donc sur cette vidéo si cette technique de reproduction vous inspire davantage. Celle-ci est en anglais car les vidéos en français ne montrent pas très bien cette technique. L’important, c’est d’expérimenter et de s’amuser!